Téléphone Funérailles

Pour organiser les funérailles d’un proche nos responsables des équipes bénévoles de funérailles vous accompagnent.

Téléphone  Paroisse du Pays de Vauvillers : 06.40.36.21.11

Téléphone Paroisse de Passavant-Corre-Jonvelle : 03.84.92.55.19

Téléphone de la Paroisse de Faverney-Amance : 07.89.97.00.17

Téléphone de la Paroisse de Combeaufontaine-Laitre :06.30.94.35.23

Obsèques: consignes pour les familles

Doyenné de Faverney-Jussey

A l’attention des familles

CELEBRATION DES OBSEQUES CHRETIENNES

SELON LE RITE CATHOLIQUE

Familles devant le décès d’un être cher, vous devez penser à beaucoup de choses et agir vite.

  1. Rencontrer les Pompes funèbres :

Pour répondre aux intentions de votre parent défunt,

Soit à partir de ses recommandations verbales faites de son vivant,

Soit par testament,

Soit par un contrat d’obsèques

Votre défunt avait fait un contrat d’obsèques avec des demandes variées. Certaines ont pu devenir caduques concernant la célébration (par exemple : passer à l’église de mon village, mais elle est en chantier au moment du décès ; ou chanter en grégorien alors que personne n’est en mesure de l’assurer aujourd’hui ; ou encore avoir un prêtre alors qu’il n’y a pas de possibilité à cette semaine-là d’en avoir un….). C’est pourquoi nous conseillons aux entreprises qui font des contrats d’obsèques de faire mettre à leur client : « Je désire des obsèques religieuses selon le rite catholique comme il se pratiquera au moment de mon décès et selon les modalités et capacités paroissiales du moment ». Ce qui libère la famille d’obligations qu’elle ne pourrait pas tenir. Et permet à la paroisse d’assurer la célébration des obsèques de manière digne selon le rite en vigueur. Toutefois, il faut noter que les Pompes Funèbres ou les Assurances ne peuvent prendre l’engagement de devoir assurer des obsèques religieuses car les célébrations religieuses ne relèvent pas de leurs compétences.

Pour choisir le jour, l’heure et le lieu de la célébration, la crémation ou l’inhumation, en concertation avec l’Unité Pastorale (Paroisse)

Votre défunt a manifesté le désir que ses obsèques soient célébrées dans l’église de son enfance, là où il a été baptisé, là où il a fait sa première communion, là où il s’est marié…. là où il a pratiqué le dimanche, là où il est venu prier souvent. Ou il n’a rien dit ; mais c’est vous la famille qui tenez à l’église de son village.

Or aujourd’hui, les églises d’une Unité Pastorale sont les églises des baptisés de toute l’Unité pastorale (l’U.P. est une paroisse avec de nombreuses églises). Aujourd’hui, les baptêmes, première communion, confirmation, mariages ou obsèques ne sont pas forcément célébrés dans l’église du domicile.

C’est pourquoi, il convient de choisir une église adaptée. Ceci afin de viser un ‘confort’ suffisant pour les participants lors de la célébration.

Pour choisir une église dans le secteur (l’Unité Pastorale) il convient de prendre en considération plusieurs facteurs :

  • La taille de l’église (trop petite ou trop grande)

  • La notoriété de votre défunt et de votre famille (le défunt était très connu ou n’avait pas beaucoup de relations ; il fait partie de notre famille nombreuse ou au contraire il était enfant unique ; il avait beaucoup d’influence ou était inconnu ; il habitait très loin et est très âgé, plus personne ne le connaît….)

  • La météo (il pleut, il neige, il fait très froid ; ou il fait une chaleur torride… et bon nombre de personnes risquent d’être dehors… la question se pose réellement : quelle église choisir ?)

  • La possibilité de chauffer ou non l’église (en hiver, il ne conviendrait pas de célébrer dans une église où il ferait 5° ou moins de 5°). Il faut tenir compte aussi de l’humidité plus redoutable que le froid. Tenir compte encore qu’il faut tenir près d’une heure sans bouger.

Des municipalités pourraient craindre qu’il n’ait plus de célébration dans l’église du village et seraient tentées de ne plus faire d’efforts pour l’entretien de l’église. C’est oublier que des messes ont lieu le dimanche (au moins deux dans l’année), que les obsèques n’ont pas lieu qu’en hiver, qu’il y a parfois la célébration de baptêmes ou d’un mariage et aussi que des gens du village viennent prier dans leur église. Sans parler de la richesse. patrimoniale de la commune, ni de la force symbolique d’un tel bâtiment au cœur du village.

A noter, que si un chauffage d’appoint est envisagé, il doit être soumis à un contrôle préalable de la commission de sécurité

Un choix judicieux mettra à l’aise tout le monde.

  1. Rencontrer l’équipe obsèques de l’Unité Pastorale

Il y a une personne référente par UP pour les obsèques:

Combeaufontaine : Michèle Broilliard

Jussey : Michèle Lassalle

Faverney : Christiane Desrosiers

Passavant : Régine Lepage

Vauvillers : Georgette Gaconnet

Pour préparer ensemble la célébration des obsèques (évocation de la vie du défunt, gestes et prières à préciser, choix de lectures bibliques….). Les chants ou une musique seront dans la tonalité d’une célébration chrétienne.

Petits détails annexes :

Une musique ou un chant que le défunt aimait peut être mis en boucle au funérarium et en accord avec les responsables des Pompes funèbres.

La photo du défunt déposée au funérarium est souvent emportée à l’église. Nous conseillons de la mettre près des registres de condoléances. En effet, il est très difficilement supportable de ne plus voir le visage de la personne aimée. Pourtant il faut en faire le deuil. La célébration religieuse amorce le deuil, essaie d’apaiser la souffrance de la séparation. Ainsi la célébration invite à intérioriser la mémoire du défunt qui nous quitte, à entrer dans une relation nouvelle et vivante avec lui au cœur même de son absence physique. La célébration veut permettre cela chez les vivants qui restent là.

Pour le choix de l’eucharistie à l’intention du défunt :

Choisir un samedi soir ou un dimanche dans le mois qui suit la célébration des obsèques,

dans une église proche, là où a lieu la messe ce jour-là. Si la famille est dispersée, elle peut aller à la messe là où elle vit ; elle sera en communion avec la communauté qui célèbre la messe dans notre secteur.

En conclusion :

Tout cela pour vivre la célébration dans le recueillement, la prière et la paix le jour même.

  1. Autres points :

L’offrande et la quête :

Une participation financière – offrande – est demandée à la famille (130 euros à ce jour). Elle transite souvent par les Pompes funèbres. De cette offrande, 57 euros servent aux frais de l’Unité pastorale (Frais d’électricité, impôts et chauffage des maisons paroissiales (ex cures), photocopies, documents pour les célébrations…..), 57 euros servent aux charges diocésaines (en complément pour le traitement des prêtres et des laïcs permanents ; charges que le denier de l’Eglise n’arrive pas à couvrir,  car seulement 7 % des chrétiens versent au denier de l’Eglise, mais beaucoup tiennent à « passer par l’Eglise » ) et 16 euros sont les honoraires de l’eucharistie célébrée à l’intention du défunt . Rien de cette offrande ne va aux personnes qui dirigent les obsèques. Les laïcs et les prêtres ne reçoivent rien à l’occasion des obsèques.

Dans l’église, au cours de la liturgie (célébration religieuse), au moment du geste du dernier adieu, a lieu une quête où les personnes présentes sont invitées à déposer une offrande. Cette quête sert à subvenir aux frais de l’Unité pastorale en complément des 57 euros ci-dessus. Là encore, rien de cette quête ne va aux ministres de la célébration des obsèques (les laïcs sont bénévoles, les prêtres reçoivent par ailleurs un traitement qui vient du denier de l’Eglise et non de cette quête). La quête des obsèques sert donc à assurer la mission de la communauté chrétienne locale.

Il arrive que des familles affectées par le décès d’un malade atteint du cancer, ou autre maladie, demandent à ce que la quête soit versée à une association de lutte contre le cancer (ou autre cause). Dans ce cas, il convient d’inviter la famille à déposer un tronc au funérarium, si les Pompes funèbres accèdent à cette demande, et à le déposer à l’entrée de l’église près du registre de condoléances avec un signalement « Don pour …. ». Ceci, afin qu’il n’y ait pas d’ambiguïté dans la destination de l’offrande, de la quête ou du don..

Les équipes de coordination du doyenné, le 1° juin 2014