EXPO : 11 > 28 sept. | Galerie le 18

Pop up en Amazonie

Mathilde Bourgon

Pourquoi ne pas plonger au cœur de la forêt amazonienne pour poursuivre le dépaysement estival ?…

Le livre pop-up est un livre animé par différents moyens mécaniques (fenêtres, tirettes, roues…) contenus dans les pages. Mathilde Bourgon graphiste-illustratrice fait vivre le papier jusqu’à la conception de petites sculptures.

Galerie du 18, rue Mégevand : exposition du 11 au 28 septembre, 14h 17h30 lundi au vendredi

Animations en présence de l’artiste :

Mercredi 12 septembre atelier : réalisation d’un pop-up (7 participants maximun) 14h-17h, 8 euros  (inscriptions à l’accueil)

Jeudi 13 septembre, démonstration d’un montage pop-up.

 

 


 

PATRIMOINE : 15 & 16 septembre | Chapelle

Journées européennes du Patrimoine

Danser son thème et ses variations

Percevoir la musique, le lieu, l’espace, la vie.
La danse permet d’exprimer ce que l’on ressent en entendant la musique. Grâce à un musicien et une danseuse, venez percevoir la musique.
Catherine Lanoir | danse | Aglaya Zinchenko | piano | Pierre Hartmann | contrebasse

Concerts couplés avec les visites guidées de la chapelle du Centre diocésain qui s’inscrit dans une histoire, celle du Grand Séminaire, créé en 1669 par Antoine-Pierre Ier de Grammont.

Bénédicte Baudoin, Pascale Bonnet, Etienne Jeanningros

SAMEDI : 11h | 14h30 | 16h

DIMANCHE : 11h | 14h30


 

EXPO : 1er août > 18 septembre | Salle des Pas Perdus

Micro-entrepreneurs du monde,

leur donner une chance


Dans le monde, 1,4 milliards de personnes vivent dans la pauvreté. Ce n’est ni par choix, ni par manque de talent, mais à défaut d’opportunités. Nous leur offrons ces opportunités.

A travers des photographies et des témoignages , l’exposition « Micro-Entrepreneurs du monde » vous montrera comment, concrètement, les prêts solidaires accordés grâce à Oikocrédit permettent à des personnes défavorisées  de construire des projets riches et utiles matérialiser sous forme d’infrastructures (une ferme, un magasin) ou d’équipements (pour coudre, pour livrer, pour labourer, cuisiner, etc…) dans les pays en développement en Amérique Latine, en Asie, en Afrique et en Europe de l’Est.

 

Oikocrédit est une coopérative internationale qui finance, sous forme de prêts, des projets  dans plus de 70 pays en développement dans le monde. Ce prêt solidaire a pour objectif d’aider les populations en difficulté, et particulièrement les populations féminines et rurales (qui ont le plus de mal à obtenir un prêt en raison de leur isolement) à sortir durablement de la pauvreté en les aidant à développer des activités économiques à long terme et viables. Oikocrédit propose aussi des formations et un accompagnement (à la fois technique et social) pour donner toutes les chances aux entreprenants mais aussi afin de valoriser le rôle de la femme en améliorant leurs conditions de travail et de vie. Offrir une chance aux personnes les plus en difficultés offre des avantages à la collectivité puisque le développement de leurs activités, qu’elles soient agricoles, marchandes, artisanales, etc…. contribue au développement de l’économie locale, à l’autonomisation des femmes ou encore à la sécurité alimentaire. La réussite de tous ces projets à l’échelle locale permet donc d’améliorer durablement les conditions sociales, économiques, familiales ou culturelles de l’ensemble d’un territoire.

 

franche-comte@oikocredit.org    www.oikocredit.org


 

VISIO-CONFÉRENCE : Mardi 18 septembre > 18h30

Oikocrédit et le développement de l’Afrique de l’Ouest

Visioconférence depuis Abidjan(Cote d’Ivoire ) avec Yves Komaclo, directeur régional OIKOCREDIT  pour l’Afrique de l’Ouest. Mardi 18 septembre de 18h30 à 20h –Centre Diocésain-Entrée libre

Depuis son bureau à Abidjan Yves Komaclo présentera:

-les projets soutenus par Oikocredit en Afrique de l’Ouest

-les défis rencontrés et les succès remportés

Un temps de questions-réponses permettra d’approfondir les points qui vous intéressent.

Yves Komaclo

après des études à Centrale Lyon et un MBA à Yale, Yves a travaillé dans différentes institutions financières en Afrique avant de rejoindre Oikocredit en 2009