Tous uns

michel_naasDepuis les premiers temps, l’Église a été partagée comme le dit Paul. Il y avait ceux qui étaient pour Pierre, pour Apollos ou pour Paul. Les divergences n’étaient pas sur le fond, mais sur la forme. Aujourd’hui encore, nos en sommes là.

Et si nous prions pour l’unité des chrétiens, c’est parce que le Christ a dit en Jean (17, 1-26) : « Soyez uns comme le Père et moi, nous sommes uns ».

Quand on parle d’unité, on pense plutôt à l’uniformité. On voudrait que tout le monde pense pareil, célèbre pareil, dise sa foi pareil, comme si nous voulions que tous les hommes soient blonds aux yeux bleus, ce qui n’est pas le cas.

D’ailleurs, même dans l’Église catholique, les rites ne sont pas les mêmes : nous connaissons le rite latin, mais que savons-nous des rites orientaux ? Pourquoi y-a-t-il tous ces rites ? Parce que nous n’avons pas la même sensibilité ! Et c’est tant mieux ! Cela permet à l’Église d’avoir différents visages. Ne chantons-nous pas « Église aux milles visages », alors que nous aimerions que tous les visages soient les mêmes ! Par peur sans doute ! Car quand on est différents, il faut faire un effort pour comprendre l’autre.

C’est la même chose dans nos paroisses, nous voudrions que tout le monde dise sa foi de la même manière, alors que nous le savons bien, nous avons tous des tempéraments différents, des aspirations différentes ou des sensibilités différentes, ce qui fait que nous devons entendre tous et chacun pour que la paroisse soit unie. C’est le rôle du curé et de son équipe de coordination, qui ont la charge des âmes.

Depuis la deuxième moitié du XXe siècle, l’Église a mis en place cette semaine de l’unité des chrétiens, pour permettre aux catholiques, aux protestants et aux orthodoxes de prier ensemble leur Dieu, Père, Fils et Saint Esprit. Puisque nous avons le même crédo, nous devons pouvoir prier ensemble le même « Notre Père ».

Nous nous sommes retrouvés à Noironte pour prier, mais il faut que cet engagement à prier ensemble perdure, pour que nous soyons les signes de cette unité du Père, du Fils et de l’Esprit, dont, par notre baptême, nous devons être les Sacrements.

Père Michel Naas
(Édito publié dans la feuille paroissiale « Ensemble » du mois de février 2016)

Prière du Pape François pour le Jubilé de la Miséricorde

jubile_de_la_misericordeSeigneur Jésus-Christ,
Toi qui nous as appris à être miséricordieux comme le Père céleste,
et nous a dit que Te voir, c’est Le voir.
Montre-nous ton Visage, et nous serons sauvés.
Ton regard rempli d’amour a libéré Zachée et
Matthieu de l’esclavage de l’argent,
la femme adultère et Madeleine de la quête du bonheur à travers les seules créatures ;
tu as fait pleurer Pierre après son reniement,
et promis le paradis au larron repenti.
Fais que chacun de nous écoute cette Parole dite à la Samaritaine
comme s’adressant à nous :
« Si tu savais le don de Dieu ! »
Tu es le Visage visible du Père invisible,
du Dieu qui manifesta sa toute Puissance par le Pardon et la Miséricorde :
fais que l’Église soit, dans le monde, ton Visage visible,
Toi son Seigneur ressuscité dans la gloire.
Tu as voulu que tes serviteurs soient eux aussi habillés de faiblesse
pour ressentir une vraie compassion à l’égard de ceux qui sont dans l’ignorance et l’erreur. Fais que quiconque s’adresse à l’un d’eux se sente attendu, aimé, et pardonné par Dieu.
Envoie ton Esprit et consacre-nous tous de son onction
pour que le Jubilé de ta Miséricorde soit une année de grâce du Seigneur,
et qu’avec un enthousiasme renouvelé,
ton Église annonce aux pauvres la bonne nouvelle,
aux prisonniers et aux opprimés la liberté,
et aux aveugles qu’ils retrouveront la vue.
Nous Te le demandons par Marie, Mère de la Miséricorde,
à Toi qui vis et règnes avec le Père et le Saint Esprit, pour les siècles des siècles.
Amen.

Carême : vivre ensemble

Ce texte a été publié dans la feuille paroissiale « Ensemble » du mois de janvier 2015.

Je ne peux pas écrire cet édito dans être encore ébranlé par les évènements tragiques que la France a subi ces jours-ci et à compatir avec les familles, les amis si gravement atteints par la mort d’un être aimé.

Bien sûr, comme la majorité des Français, j’aspire à plus de fraternité, de respect, dans cette liberté si chère à notre pays. Liberté d’expression et liberté religieuse que le pape François invite à soutenir en ajoutant «Chacun a non seulement la liberté, le droit, mais aussi l’obligation de dire ce qu’il pense pour aider au bien commun. Il est légitime d’user de cette liberté, mais sans offenser. »

L’expression du « Vivre ensemble » est revenue souvent en ces jours dans la bouche d’hommes politiques, de responsables religieux, et même de français anonymes. Sans doute qu’un des moteurs de cette levée incroyable de foule étaient le fruit, peut-être inconscient, de ce besoin de signifier l’importance du « Vivre ensemble » dans notre communauté nationale. Le pape lui-même dans son exhortation apostolique « Evangelii Gaudium » (La joie de l’évangile) en parle « Nous ressentons la nécessité de découvrir et de transmettre la ‹mystique› du Vivre ensemble qui appelle à se mélanger, à se rencontrer, à se prendre dans les bras, à se soutenir et à participer à cette marée un peu chaotique qui peut se transformer en ne véritable expérience de fraternité, en une caravane de solidaire, en un saint pèlerinage. »

Alors que nous allons entamer ce temps si important du Carême, temps de préparation à Pâques, n’avons-nous pas à purifier notre agir dans notre vie ensemble. La liturgie nous propose trois chemins :
La prière qui est le chemin d’ouverture à l’Autre, Dieu ; mais aussi à l’autre, le frère , celui que je connais pas.
L’aumône qui est le chemin du respect du frère et plus particulièrement du plus faible parmi nous. « Ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait. »
Le jeûne qui est le chemin de la reconnaissance du don de la création fait à chacun par Dieu. Tout ce à quoi nous pouvons renoncer un temps pour mieux nous concentrer sur Dieu et sur le frère.

Dans la joie du « Vivre ensemble » faisons de notre Carême un chemin de conversion, un chemin de Résurrection.

Abbé Pascal Perroux-Hummel

Prière pour la paix

Suite aux récents attentats meurtriers du mois de janvier, le père Pascal, notre curé, nous confie cette prière du père Pierre Guilbert, afin de nous permettre à chacun de méditer sur notre « agir » et notre « vivre ensemble ».

Si tu crois qu’un sourire est plus fort qu’une arme,
Si tu crois à la puissance d’une main offerte,
Si tu crois que ce qui rassemble les hommes est plus important que ce qui les divise,
Si tu crois qu’être différent est une richesse et non pas un danger,
Si tu sais regarder l’autre avec un brin d’amour.
Si tu sais préférer l’espérance au soupçon…
Alors, la paix viendra

Si tu estimes que c’est à toi de faire le premier pas plutôt qu’à l’autre,
Si le regard d’un enfant parvient encore à désarmer ton cœur,
Si tu peux te réjouir de la joie de ton voisin.
Si l’injustice qui frappe les autres te révolte autant que celle que tu subis,
Si pour toi l’étranger est un frère qui t’es proposé,
Si tu sais donner gratuitement un peu de ton temps par amour.
Si tu sais accepter qu’un autre te rende service,
Si tu partages ton pain et que tu saches y joindre un morceau de ton cœur
Si tu crois qu’un pardon va plus loin qu’une vengeance…
Alors, la paix viendra

Si tu sais chanter le bonheur des autres et danser leur allégresse,
Si tu peux écouter le malheureux que te fait perdre ton temps et lui garder ton sourire,
Si tu sais accepter la critique et en faire ton profit sans la renvoyer et te défendre…
Alors, la paix viendra

Si tu sais accueillir et adopter un avis différent du tien,
Si pour toi l’autre est d’abord un frère,
Si la colère est pour toi une faiblesse, non une preuve de force,
Si tu préfères être lésé plutôt que de faire tort à quelqu’un,
Si tu refuses qu’après toi ce soit le déluge,
Si tu te ranges du côté du pauvre et de l’opprimé sans te prendre pour un héros,
Si tu crois que l’amour est la seule force de persuasion,
Si tu crois que la paix est possible…
Alors, la paix viendra

Pierre Guilbert

Semaine de prière pour l’unité chrétienne

La semaine de prière pour l’unité chrétienne se déroulera du 18 au 25 janvier 2015. Elle a pour thème « Jésus dit à la femme : donne-moi à boire » (Jn, 4-7).

Rappel historique
La prière pour l’Unité chrétienne n’est bien sûr pas une initiative du 20ème siècle : les chrétiens n’ont jamais cessé de prier, de multiples manières, pour leur réconciliation. Mais c’est en 1908, aux États-Unis que cette prière a pris la forme particulière que nous lui connaissons aujourd’hui, celle d’une « octave » entre le 18 janvier (qui était la fête de la Chaire de Pierre à Rome) et le 25 janvier (fête de la conversion de saint Paul). Son « inventeur » est Paul Wattson, un prêtre épiscopalien qui venait de créer une communauté religieuse franciscaine au sein de l’Église anglicane américaine.
Lire la suite sur le site Unité chrétienne

Préparer et célébrer la semaine de prière
L’Unité chrétienne en lien avec la Conférence des évêques de France, la Fédération protestante de France et l’Assemblée des évêques orthodoxes de France, l’association Unité Chrétienne  élabore  le matériel nécessaire à la préparation et la célébration de la Semaine de prière pour l’unité chrétienne en France et Suisse romande.

Célébrations œcuméniques en doyenné
Vous trouverez sur le site du diocèse de Besançon la liste des célébrations œcuméniques pendant la semaine de prière pour l’unité chrétienne. Dans notre doyenné, une célébration œcuménique aura lieu le samedi 24 janvier à 18 h 30 à l’église d’École-Valentin.

Prières (Prions en Église, n° 337, janvier 2015)
Dimanche 18 janvier : « Il nous faut traverser la Samarie » (Jn 4,4)
Dieu de tous les peuples, enseignes-nous à traverser la Samarie pour aller à la rencontre de nos frères et sœurs d’autres Églises. Fais que nous nous y rendions le cœur prêt à recevoir de toutes les cultures. Toi qui es source de communion, accorde-nous l’unité que le Christ veut pour nous. Amen.

Lundi 19 janvier : « Fatigué du chemin, Jésus était assis au bord du puits » (Jn 4, 6)
Dieu de miséricorde, bien souvent nos Églises finissent par choisir la logique de la compétition. Pardonne-nous. Laisse-nous nous reposer près du puits. Désaltère-nous avec l’eau de l’unité qui jaillit de notre prière commune. Que ton Esprit qui planait sur les eaux du chaos nous donne l’unité au sein de notre diversité. Amen.

Mardi 20 janvier : « Je n’ai pas de mari » (Jn 4, 17)
Seigneur, tu nous scrutes et nous connais, tu vas au-delà des apparences. Apprends-nous à voir chacun comme tu le vois. Nos comportements démentent parfois notre désir de respect et de dialogue. Conduis-nous sur le chemin de la vérité et de l’unité en ton fils Jésus Christ. Amen.

Mercredi 21 janvier : « La femme, alors, abandonnera sa cruche (Jn 4, 28)
Dieu d’amour, accorde-nous de recevoir la rencontre avec l’autre, avec l’étranger, comme don de ta grâce et source d’eau vive. Apprends-nous à voir au-delà de nos limites et à accepter de nouveaux défis. Aide-nous à surmonter la peur en suivant l’appel de ton Fils. Nous te le demandons au nom de Jésus Christ. Amen.

Jeudi 22 janvier : « Tu n’as pas même un seau et le puits est profond » (Jn 4, 11)
Dieu qui es source d’eau vive, fais que nous comprenions que plus nous unirons nos cordes, plus nos seaux plongeront en profondeur dans tes eaux divines ! Donne-nous de percevoir que les dons que possède l’autre sont une expression de ton insondable mystère. Nous te le demandons, au nom de ton Fils Jésus Christ. Amen.

Vendredi 23 janvier : « Une source jaillissant en vie éternelle » (Jn 4, 14)
Dieu Trinité, fais qu’en suivant l’exemple de Jésus, nous soyons des témoins de ton amour. Donne-nous d’être des instruments de justice, de paix et de solidarité. Puisse ton Esprit nous porter à des actions concrètes qui soient source d’unité. Au nom de Jésus Christ, nous te prions dans l’unité du Saint-Esprit. Amen.

Samedi 24 janvier : « Donne-moi à boire » (Jn 4,10)
Seigneur, tu nous appelles à œuvrer pour la justice et la paix. Trop souvent, la recherche du pouvoir empêche la quête de l’unité dans la vérité. Apprends-nous à être d’humbles serviteurs de ta volonté. Nous te le demandons au nom de ton Fils Jésus, notre frère, victime de la violence des hommes, qui, du haut de sa croix, nous pardonna à tous. Amen.

Dimanche 25 janvier : « Ils avaient cru en lui à cause de la parole de la femme » (Jn 4,39)
Seigneur, fais que nous témoignions de ton unité tant par nos paroles que par notre vie. Transforme-nous afin que nous soyons d’authentiques porteurs de la Bonne Nouvelle. Que toute rencontre avec notre prochain soit une rencontre avec toi. Nous te le demandons au nom de ton Fils Jésus Christ, dans l’unité du Saint-Esprit. Amen.