Conférences sur le thème du Pardon

À l’initiative du Conseil Pastoral de doyenné, un cycle de 3 conférences sur le thème du pardon a été organisé pour ce temps de Carême à la maison paroissiale d’École-Valentin. Trois intervenants pour trois aspects du pardon : le Père Jean Cachot pour l’aspect sociologique, le Père Jean-Marie Vuattoux pour l’aspect biblique et le Père Pierre Tournier pour l’aspect sacramentel.

pardonLe premier soir, à partir de sa longue expérience d’aumônier de prisons, le Père Jean Cachot nous parle du pardon dans sa dimension humaine. Des phrases fortes pour les situations extrêmes du milieu carcéral où le pardon ne va jamais de soi à cause des sentiments complexes qui entrent en jeu (incompréhension, injustice, haine, culpabilité, déni…) chez les coupables comme chez les victimes.

Dans une deuxième partie, le Père Cachot nous amène au pardon de Dieu, qui nous attend, avant même que nous nous reconnaissions coupables et que nous le regrettions, qui restaure une relation perdue, qui n’est jamais comptabilisé, qui ouvre un avenir…

« Personne ne t’a condamnée ? Moi non plus, je ne te condamne pas.
Va et désormais ne pèche plus. » (Jn 8, 1-11)

La semaine suivante, le Père Jean-Marie Vuattoux nous rappelle comment la Bible parle du pardon. Il apporte d’abord des précisions sur la subtilité des différents mots employés en hébreu pour comprendre les mots pardon, miséricorde, péché. Puis avec des textes choisis dans l’ancien testament, il nous montre que le pardon de Dieu est offert à tous, que l’homme doit apprendre à être miséricordieux lui aussi, que la miséricorde est la racine et le cœur de toutes les œuvres du Dieu biblique.

Jésus, révélant son amour pour son Père et pour les hommes manifestera cette miséricorde aux hommes de son époque. Ses rencontres, ses guérisons, ses paraboles en témoignent tout au long de l’Évangile.

« Le Christ est bien l’incarnation, le visage du pardon de Dieu
dont il dévoile la profondeur infinie sur la croix »

Enfin, le dernier jour, le Père Pierre Tournier nous invite à reconsidérer la célébration du pardon. La plupart d’entre nous est encore imprégnée de la « confession » individuelle de son enfance et sourit à l’évocation de la phrase du Pape François « Le confessionnal n’est pas une salle de torture ». Ce sacrement nous dit quelque chose du Christ et de L’Esprit, mais  savons-nous qu’il nous relie à l’Église et à la communauté toute entière ?

Après avoir rappelé les formes possibles pour la célébration de ce sacrement (individuel ou communautaire, avec ou sans aveu, avec ou sans absolution), le Père Tournier nous présente d’autres manières de le vivre : pardon mutuel, partage, prière, lutte pour la justice…

« Je confesse à Dieu … et à vous mes frères. »

Merci aux prêtres qui ont animé ces trois soirées, de style très différent, qui nous poussent à la réflexion et nous incitent à participer aux célébrations pénitentielles proposées en doyenné et à les vivre plus intensément.

Françoise Goux
Déléguée pastorale de la paroisse des Rives de l’Ognon