Loin du bruit et de la fureur

Depuis plusieurs mois, le bruit domine dans la rue en vecteur du mécontentement. Les médias nous menacent d’une overdose d’informations trop souvent transmises sans discernement. L’audimat règne en maître, bien épaulé par la spontanéité : c’est à qui sera le premier à rendre compte de la situation, préférence étant donnée au spectaculaire.

Soudain, à l’aube de la Semaine sainte, la fureur de l’incendie qui ravage Notre-Dame de Paris, frappe de stupeur tant celui qui croit au ciel que l’athée. C’est « notre âme » qui est atteinte dans ce symbole commun de la foi et de la beauté d’une œuvre humaine. En ces temps où la société et l’Église sont bousculées, interpellées par les cris de ceux qui souffrent de mal-vivre ou d’atteintes graves sur leur personne, et après avoir entendu ces appels, l’heure est au sursaut pour de saines réactions et de nécessaires réformes.

En vous éloignant du tumulte, l’été qui s’annonce, vous offre, dans nos pages, des possibilités pour regarder ailleurs, penser à soi et aux autres, et prendre le temps de réfléchir. Laissez-vous conduire sur les chemins de croix… pattées, en redécouvrant les vertus du silence ou de la prière. Offrez des vacances à ceux qui, sans cela, n’auraient pas la chance de partir. Pour faire du « bruit », agréable aux oreilles, essayez le chant choral. Jeunes adultes, joignez-vous au rassemblement des huit diocèses de l’Est « Mandeure 2019 » ou, comme des adultes confirmands, affermissez et affirmez sereinement votre foi. Et découvrez aussi l’engagement d’un jeune adolescent, bien dans ses baskets et dans l’Église.

Bel été de partages et de découvertes !

Bernard Ruelle, rédacteur de RVO
(Édito publié dans RVO n° 140, juin 2019)