Les vacances sont finies !

Les textes des dimanches d’été nous invitaient à méditer sur le « Pain de Vie ». Arrêtons-nous aussi sur l’épisode vécu par le prophète Élie (Rois 19, 4-8), car il est proche de ce que nous vivons souvent. Élie est à bout de force physique et psychologique, il se sent abandonné et c’en est trop pour lui… Mais Dieu ne l’abandonne pas. Dans l’Évangile de ces dimanches, les personnes accompagnent Jésus se présentent, elles aussi, dans une attitude proche de celle d’Élie. Elles récriminent, elles manifestent leur mécontentement avec amertume et âpreté.

Les aléas de la vie nous poussent parfois à être découragés, déroutés, révoltés… En plus la rentrée arrive ! Sommes-nous comme les personnes qui accompagnent Jésus ? « Beaucoup de ses disciples s’en retournèrent et cessèrent de l’accompagner (Jean 6, 60-69). Cette attitude, nous la reprenons peut-être d’une autre manière : « La messe ! Je n’en vois pas l’utilité, la liturgie de la parole encore moins… », « Si je prie chaque jour, si je pratique la charité et l’amour envers les autres, cela suffit », etc.

Pour conclure, permettez-moi cet exemple très récent : souvenez-vous l’extrême ferveur autour de la coupe du monde de football et l’enthousiasme exceptionnel que provoqua la victoire des bleus. Ce phénomène montre à quel point une société a besoin d’un plus pour se sentir vivre.

Alors, profitons de cette rentrée pour avoir le même enthousiasme à nos préparer et à vivre pleinement le message du Christ : « Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi et moi je demeure en lui. » et à nous poser la même question que ses disciples (Jean 6, 60-69) : « Seigneur, à qui irions-nous ? »

Bon courage et bonne reprise.

Pierre Guedin
Délégué pastoral, paroisse du Val des Salines
(Article publié dans la feuille paroissiale du mois de septembre 2018)