Marche de carême avec les 6ème et 5ème

« Le début de ce troisième millénaire est fortement caractérisé par des mouvements migratoires… Les flux migratoires contemporains constituent le plus vaste mouvement de personnes, sinon de peuples de tous les temps… » (Pape François, février 2017)

« Migrations et vivre ensemble »

Nombreuses sont les familles qui, à un moment donné de leur histoire sont venues en France pour des raisons diverses. Toutes ces migrations sont source de rencontres et de partages, favorisant ainsi un enrichissement mutuel.

Samedi 16 mars, rendez-vous était donné aux jeunes de 6ème et 5ème pour la traditionnelle marche de carême en demi-doyenné. Une cinquantaine d’enfants, accompagnés par leurs catéchistes et quelques parents, se sont mobilisés et ont réfléchi autour du thème des migrations et du vivre ensemble. Le but de ce temps fort était de mobiliser les jeunes sur le fait que les migrations sont naturelles et légitimes, mais également de leur faire prendre conscience du phénomène migratoire. Ils pourront ainsi percevoir ce qu’ils peuvent faire, à leur niveau, pour développer un vivre ensemble plus fraternel.

L’accueil des jeunes s’est déroulé à l’église de Pouilley-les-Vignes à 9 heures. Le temps pour les catéchistes d’expliquer le déroulement de la matinée et de former trois groupes autour des thématiques sur les migrations économiques, politiques et climatiques. Départ des marcheurs en direction de la maison paroissiale d’École-Valentin où les jeunes ont apprécié un petit goûter et réalisé un panneau composé de mots clés qu’ils ont identifiés pendant la marche : accueil, conversion, prière, réconciliation, service, … Ensuite, tout le groupe s’est dirigé vers l’église Saint Georges d’École-Valentin pour une célébration de clôture animée par le père Anthony Chopard. La quête réalisée au cours de la célébration était destinée à soutenir des projets de solidarité en France et à l’international. Les jeunes étaient invités à apporter 2 euros ou plus (pris sur leur argent de poche).

Tu nous appelles, Seigneur, à une vie plus vivante

Voici une prière du Père Albert-Marie Besnard (1926 – 1978) pour notre propre conversion en ce temps de carême.

Tu nous appelles, Seigneur, à une vie plus vivante, non dans l’agitation, mais dans la force d’aimer, non pour nous-mêmes, mais pour les frères que tu nous donnes, non à bout de souffle, mais en respirant bien. Apprends-nous à découvrir et à partager cette vie, aide-nous à prendre souffle en ce temps de carême. Renouvelle, transforme, même si cela fait mal.

La vie de tous les jours, c’est Toi qui nous la donnes, je te l’offre telle qu’elle est, avec ses joies et ses peines. Apprends-nous à découvrir ta joie et ton espérance, par cette part que nous prenons aux besoins des autres et par la prière. Fais que le souci des autres nous bouscule, mais ne nous enlève pas le désir d’approfondir tout ce que tu attends de nous.

Seigneur, tu demandes que nous pleurions avec ceux qui pleurent, que nous nous réjouissions avec ceux qui sont dans la joie, car ce sera le signe de cette affection qui nous lie les uns aux autres. Que ta charité soit entre nous, chaleureuse comme le vin et forte comme le pain. Amen.

Un peu de cendres

Un peu de cendres et beaucoup de lumière,
Dieu nous appelle au secret de sa nuit.
Un peu de cendres et beaucoup de lumière,
Dans le désert habité par l’Esprit.

Un peu de cendres nous sommes poussière,
Dieu la recueille et lui souffle sa vie?
S’il faut descendre au sillon de la terre,
C’est pour lever comme toi, Jésus-Christ.

Un peu de cendres et le cœur en prière,
Dieu nous rencontre et nous parle d’amour.
S’il faut descendre au profond de nous-même,
C’est pour entendre l’eau vive qui sourd.

Un peu de cendres et le pain du royaume,
Dieu nous invite à creuser d’autres faims.
S’il faut descendre à la table des pauvres,
C’est pour offrir le bonheur d’un festin.

Un peu de cendre et des pas de justice,
Dieu nous engage à mener ses combats.
S’il faut descendre au milieu de nos villes,
C’est pour bâtir la maison qui tiendra.

Un peu de cendres et des mains qui pardonnent,
Dieu nous rejoint dans l’oubli des affronts.
S’il faut descendre et marcher vers les autres,
C’est pour grandir vers le jour communion.

Auteur : Claude Bernard
Compositeur : Thierry Chleide

Spectacle sur les femmes de la Bible

« Elles sont passées par ici… elle repassera par là ! »

Mireille et Vincent Buron proposent un spectacle sur les femmes de la Bible, ou comment les femmes de la Bible peuvent-elles parler aux femmes d’aujourd’hui ?

Histoires de passages, de repassage, Mireille défroisse la Parole, rafraîchit la Bible, raconte les femmes… Du passé de ces femmes, elle éclaire son aujourd’hui… notre aujourd’hui de femme… et d’homme. En tirant un à un de sa panière les vêtements de son quotidien, Mireille rejoint Marie-Madeleine, Sarah, Marie et bien d’autres… Elle nous emmène à la rencontre de la vie de ces femmes. Elle donne à entendre une parole rafraîchie, une parole qui ne fait pas un pli !

Un moment plein d’humour, de cœur, de profondeur… et de vapeur !

Voir un extrait vidéo

Si vous souhaitez assister au spectacle, trois représentations auront lieu dans notre région :

  • Vendredi 22 mars à 20 h 30 au Théâtre de Gray
  • Samedi 23 mars à 20 h 30 au Foyer Sainte Anne à Montferrand-le-Château
  • Dimanche 24 mars à 16 h 00 au Foyer Sainte Anne à Montferrand-le-Château

Messe des familles

Samedi 26 janvier, les jeunes et les familles ont animé la messe qui s’est déroulée à l’église des Auxons Trinité. Les nombreuses familles présentes ont apporté leur dynamisme à cette célébration fort sympathique.

(crédit photos : Pierre Guedin)

Semaine de prière pour l’Unité des chrétiens 2019

La semaine de prière pour l’Unité chrétienne 2019 a été préparée par les chrétiens d’Indonésie. Elle a pour thème « Tu rechercheras la justice, rien que la justice » (Deutéronome 16, 11-20).

Dans notre doyenné, une célébration œcuménique s’est déroulée à l’église de Noironte le 19 janvier 2019 en présence du pasteur et de trois prêtres du doyenné.

Un moment émouvant quand justice et paix se rencontrent.

(crédit photos : Pierre Guedin)

Concert « Les Troubadours de l’Église »

Vendredi 12 d’octobre, le public était venu encore plus nombreux dans l’église de Miserey-Salines pour écouter « les Troubadours de l’Église ». Deux violoncellistes, Christophe et Delphine Gilly avaient renforcé notre duo de départ, Arnaud Frisetti au clavier et Bernard Martin au chant et à la guitare, sans oublier Minh à la sono et aux enregistrements.

Pour démarrer la soirée, l’assemblée se lève et associe gestes et chants avec la mélodie du premier morceau « Ouvrez vos mains ». Une vingtaine de chants ont été interprétés permettant de mieux connaître les auteurs : le Père Duval, Jean Claude Gianadda, et le Frère Jacques Jouet. Chacun a pu également reprendre les refrains de leur jeunesse : « J’ai joué de la flûte sur la place du marché… », « Qu’est-ce que j’ai dans ma petite tête… », mais nous avons parlé également « un peu de Jésus Christ » en se remémorant quelques références bibliques et en se réfugiant dans l’Ave Maria de Gianadda. Une très belle soirée à renouveler. Merci à tous.

Pierre Guedin
Délégué pastoral du Val des Salines

Merci de patienter pendant le chargement des vidéos

(Crédits photos : Pierre Guedin pour les 5 premières photos et M. Gilly pour les 6 photos suivantes)



Et Dieu prit forme humaine…

La liturgie pascale juive commence par cette affirmation : « Mon Père était un araméen errant… ». C’est le propre de tout ami de Dieu d’être « errants » dans le monde, c’est-à-dire sans attaches, pour aller à l’essentiel.

Jésus aussi commence sa vie comme « errant » ! Ses parents sont obligés de quitter la ville où ils résident pour aller de villes en villages pour annoncer la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu pour chaque homme.

Quel rapport avec Noël me direz-vous ?

Quand on pense Noël et que l’on est le commun des mortels, on voit : fête, cadeaux, illuminations, joie des enfants. Si l’on est chrétien, on doit dépasser le sapin décorer et le réveillon pour célébrer la nativité du Sauveur. Naissance dans une étable parce qu’il n’y a plus de place dans la salle commune, entouré seulement des bergers, les parias de l’époque. Car c’est là que Dieu fait irruption dans le cœur de l’Histoire. Celui qui était avant tous les siècles prend corps dans la réalité humaine et est déposé dans une mangeoire pour animaux.

Et désormais, Dieu a visage d’homme. Nous le cherchons dans les lointains alors qu’il est présent dans tous les « errants » que la vie a jetés sur les chemins du monde : pauvres de nos cités, mendiant quelques sous pour manger ; pauvres de toutes solitudes, mendiant un peu d’affection ; pauvres de la perte de leur patrie, mendiant une main tendue et un toit pour dormir !

Noël vient dans la nuit des temps, quand Dieu décide de se faire homme. A nous de nous mettre en chemin, enfin Fils, et d’avoir son visage d’intelligence et d’amour.

Père Michel Naas
(Article publié dans la feuille paroissiale du mois de décembre 2018)

Ne crains pas !

Avent, Noël et Nouvel An sont un temps propice pour recevoir personnellement les mots de l’ange à Joseph : « Fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse, puisque l’enfant qui est engendré en elle vient de l’Esprit saint » (Mt 1, 20). Tout avènement est susceptible de générer une certaine inquiétude. Et la confiance ?

Ce qui doit naître est don de Dieu pour son peuple. À Noël, les chrétiens célèbrent la naissance du Christ. Dans l’enfant de la crèche, Dieu s’engage personnellement et tient sa promesse de salut relayée par les prophètes. Noël rappelle aussi aux chrétiens leur espérance dans le retour glorieux du Christ, l’avènement du Royaume qui reste pleinement à préparer et à réaliser. Il n’est aucun homme, encore moins baptisé, qui ne soit convié à prendre une part active à ce projet divin.

Chacune des communautés chrétiennes de notre doyenné est concernée par les défis de l’annonce de la Bonne Nouvelle du salut et d’une participation concrète à l’avènement du Royaume. Qui contemple les engagements qu’acceptent généreusement nombre de membres du corps ecclésial que nous formons, pourra quitter la crainte, faire le pas de la confiance et prendre part à l’œuvre du Seigneur. En 2019 se poursuivra et se conclura le synode diocésain. Les délégués de nos paroisses peuvent déjà témoigner que quelque chose est en train d’advenir au cœur de notre Église bisontine.

A nous de voir dans cet autre avènement un réel fruit de l’Esprit et un don de Dieu. Confiance ! N’ayons pas peur ! Joyeux Noël, bonne, heureuse et sainte année !

Anthony Chopard, prêtre
(Édito publié dans RVO, n° 138, décembre 2018)

Retraites d’un jour à l’Abbaye d’Acey

Invitation

Vous assurez une mission, un service d’Église, cette invitation vous concerne !
Des retraites d’un jour vous sont proposées les samedis 20 octobre, 17 novembre, 8 décembre 2018, 12 janvier, 16 février, 16 mars, 27 avril et 25 mai 2019 de 9 h 30 à 16 h 30. Elles sont animées par le père Gérard Daucourt, évêque émérite de Nanterre. Elles se déroulent en silence à l’Abbaye d’Acey.
Pas d’inscription préalable ! On peut venir à une, à plusieurs ou à toutes les retraites.
Arriver à l’heure avec sa Bible et son pique-nique. Participation aux frais : 5 €