Prières, textes à méditer, …

La parabole du tisserand (Carême 2018)

Lire ici : Parabole du tisserand

___

« La culture du bien-être, qui nous amène à penser à nous-mêmes, nous rend insensibles aux cris des autres, nous fait vivre dans des bulles de savon, qui sont belles, mais ne sont rien ; elles sont l’illusion du futile, du provisoire, illusion qui porte à l’indifférence envers les autres, et même à la mondialisation de l’indifférence. »
(Pape François, 8 juillet, messe à Lampedusa, en Italie)

____

« Prière pour notre terre  »
Rédigée par le Pape François, cette « Prière pour notre  terre » conclut son encyclique sur l’écologie humaine, Laudato Si (2015)

Dieu Tout-Puissant,
qui es présent dans tout l’univers et dans la plus petite de tes créatures,

Toi qui entoures de ta tendresse tout ce qui existe,
répands sur nous la force de ton amour pour que nous protégions la vie et la beauté.
Inonde-nous de paix, pour que nous vivions comme frères et sœurs,
sans causer de dommages à personne.

Ô Dieu des pauvres, aide-nous à secourir les abandonnés et les oubliés de cette terre qui valent tant à tes yeux. 

Guéris nos vies,
pour que nous soyons des protecteurs du monde et non des prédateurs, pour que nous semions la beauté et non la pollution ni la destruction.

Touche les cœurs de ceux qui cherchent seulement des profits aux dépens de la terre et des pauvres.
Appends-nous à découvrir la valeur de chaque chose, à contempler, émerveillés, à reconnaître que nous sommes profondément unis à toutes les créatures sur notre chemin vers ta lumière infinie.
Merci parce que tu es avec nous tous les jours. Soutiens-nous, nous t’en prions, dans notre lutte pour la justice, l’amour et la paix.

____ 

Mon rêve (Martin Luther King)

Un jour les enfants apprendont des mots qu’ils ne comprennent pas :
Les enfants de l’Inde demanderont :
« Qu’est ce que la faim ? »
Les enfants d’Alabama demanderont :

 » Qu’est-ce que la ségrégation raciale ? »
Les enfants d’Hiroshima s’étonneront :

« Qu’est-ce qu’une bombe atomique ? »
Les enfants des écoles demanderont :

« Qu’est-ce que la guerre ? »
Tu leur répondras, tu leur diras :

« Ce sont des mots que l’on emploie plus, comme diligence, galères ou esclavage.
Des mots qui ne veulent plus rien dire.
C’est pourquoi on les a retirés du dictionnaire. »
__________________________________________________________________

Tous saints !
Prière pour devenir un saint du quotidien.

Seigneur Jésus,
Quand on parlait des saints autrefois, on admirait et on avait peur.
Tant de pénitences et de souffrances, tant de faits extraordinaires, quels géants !
Et puis, un jour, avec la « petite voix » de Thérèse, on s’est dit :
« Moi aussi, je peux devenir un saint ! »
Mais on cherchait quand même des choses en marge de la vie.
Maintenant, on voit mieux que le chantier de la sainteté,
c’est la vie quotidienne, avec le travail, la famille, la santé, les problèmes …
Dans ma vie très modeste,
je dois devenir celui qui trouve toujours le moyen d’aimer.
Aide-moi à mieux accepter ma vie, à mieux la regarder,
à la fouiller pour voir, comment, là-dedans, il y a de l’Évangile à vivre.
Je te prie aujourd’hui pour que naissent partout des saints de la vie quotidienne.
_______________________________________________________

Seigneur, pardonne-moi !
Seigneur, pardonne-moi mes pensées trop tordues, mes paroles trop dures.
Souvent, je me décourage, et m’énerve contre les choses,
contres les gens, contre le monde.
Chaque jour, j’ai besoin d’être pardonné !
Chaque jour, j’ai besoin de pardonner.
Toi, Seigneur, tu me demandes de pardonner mais souvent je ne veux pas.
Pourquoi plier et plier encore ?
Je deviendrais comme un homme sans colonne vertébrale !
Et, je te regarde, Debout, sur la croix.
Où as-tu trouvé assez de courage et d’amour pour dire :
«Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font.» ?

Donne-moi de pardonner toujours.
En te regardant, je vois bien que ce n’est pas de la faiblesse de pardonner toujours. Mais plutôt force et amour.

Donne-moi la force de ton amour, Toi qui sais me pardonner toujours.
(Basilique sainte Anne d’Auray)

SEIGNEUR, SOIS MON ROCHER

Au cœur des tempêtes qui secouent ma vie, Seigneur,
apprends-moi à me reposer en Toi.

Au cœur des doutes qui m’assaillent, Seigneur, apprends-moi à me fier à Toi.
Au cœur des peurs qui me troublent, Seigneur, sois mon rocher.
Tu sais les difficultés de mon chemin,
Tu connais ses escarpements et ses ravins,
Pour choisir chaque jour la confiance,
pour décider de Te faire confiance chaque matin
Donne-moi de ne jamais lâcher Ta main
et donne-moi des frères pour aller vers demain.
Chantal Lavoillotte

DEVENIR LIBRE ET JOYEUX                  

On nous a mis dans la tête que le but de la vie c’est de réussir en occupant des fonctions, en gagnant beaucoup d’argent, en acquérant du prestige. Quelle puérilité !
Le but de la vie c’est de rajeunir spirituellement. Chaque homme naît vieux, emmailloté dans les mots et les préjugés qu’on lui inculque.
Devenir jeune en vieillissant, c’est se libérer de la peur, moins céder aux pesanteurs sociales. Finalement, le plus grand service que nous puissions rendre à la société ce n’est pas de réussir, d’acquérir de la considération, mais de devenir libres et joyeux. Des techniciens tristes, des ambitieux, des malins, des joviaux qui masquent leur vide intérieur sous les grimaces, des hommes de la réussite qui ne s’aperçoivent même pas qu’ils sont spirituellement vides, il y en aura toujours. Mais les hommes « dépris » des ordinaires avidités, capables d’humour, la fantaisie dans l’esprit et le cœur, cela ne court pas les rues. Ce sont eux cependant qui aident le monde à ne pas sombrer dans la vulgarité.
Jean Sulivan, Parole du Passant.

_____________________________________________________________________

DiaconiaPersonne n’est trop pauvre pour n’avoir rien à partager. La fraternité n’est pas une option, c’est une nécessité. Nous en avons fait l’expérience forte et joyeuse à 12 000, lors du rassemblement Diaconia, de toutes origines et de toutes conditions, représentant des centaines de milliers de chrétiens engagés au service de leurs frères. A la lecture de l’Evangile, à la suite du Christ serviteur, tous ont appris à écouter la voix des pauvres de notre temps. Chacun a été entendu dans sa singularité : ceux qui souffrent, malades, handicapés, personnes seules ou abandonnées, sans domicile ou mal logées, chômeurs ou précaires, divorcés, remariés ou non, salariés en souffrance ou menacés dans leur emploi, jeunes sans perspectives d’avenir, retraités à très faibles ressources, locataires menacés d’expulsion, tous ont pris la parole. Leurs mots, leurs colères sont aussi dénonciation d’une société injuste qui ne reconnaît pas la place de chacun. Ils sont une provocation au changement. Il est temps de sortir de nos zones de confort. Comme le dit le Pape François, il est temps d’aller aux périphéries de l’Eglise et de la société. Ensemble, osons le changement de regard sur les plus fragiles. Abandonnons un regard qui juge et humilie pour un regard qui libère. Nous n’avons pas de prochain clé en main. La proximité se construit chaque jour. Ensemble, osons le changement d’attitude au sein des communautés chrétiennes pour que les pauvres y tiennent toute leur place. Cette conversion passe notamment par un développement des collaborations dans et hors de l’Eglise. Ensemble, osons le changement de politiques publiques, du local à l’international. Que les décisions prises visent à prendre en compte la situation des plus fragiles dans le respect, la justice et la dignité. Ensemble, osons le changement dans nos modes de vie, pour respecter la création où les liens humains sont premiers et préserver l’avenir des générations futures.

Le rassemblement Diaconia, voulu par l’Eglise de France, est une étape. Le temps de l’engagement se poursuit. Les participants appellent tous les baptisés et tous les hommes et femmes de bonne volonté qui se retrouvent dans les valeurs de l’Evangile, à se mettre en route, ensemble, pour construire une société juste et fraternelle. Une société où l’attention aux pauvres guide toutes nos actions.

Lourdes, samedi 11 mai 2013