Journée mondiale du Migrant et du Réfugié

2017
affiche

 Le 15 janvier 2017, l’Eglise universelle célèbre la 103ème  Journée mondiale du migrant et du réfugié pour laquelle le Pape François a choisi comme thème de réflexion et de prière : « Mineurs migrants, vulnérables et sans voix »
A travers cette journée, le Saint Père nous invite à nous unir avec nos frères et sœurs venus d’ailleurs, et à prier particulièrement pour les plus petits, les mineurs.

 

« … La mobilité humaine n’est pas un phénomène nouveau et l’Église manifeste depuis longtemps un grand intérêt pour les migrants, se préoccupant de leur sort, au travers notamment d’un accompagnement pastoral adapté.

Toutefois, malgré l’ancienneté de cette journée mondiale, il n’est pas toujours facile de se libérer d’une vision pessimiste du phénomène migratoire et de l’envisager à la lumière de la Foi pour y déceler l’action de Dieu qui guide, rapproche et unit toute l’humanité en un seul peuple.

Il est naturel que nous soyons choqués par l’image des victimes mortes pendant leur dramatique exode, mais nous ne pouvons pas oublier le nombre conséquent de vies que la décision de partir a épargné.

Il est compréhensible d’associer à la migration des images de désespoir, mais n’oublions pas les sentiments d’espérance qui animent le cœur de ceux qui partent vers une nouvelle patrie.

Le phénomène migratoire est indéniablement une réalité complexe, difficile à gérer, mais nous aurions tort d’oublier que celui-ci, avec la grâce de Dieu, est l’Avent « d’un nouveau ciel et d’une nouvelle terre », où nous nous découvrirons frères les uns des autres, enfants d’un même Père. »

(Père Carlos Caetano, Directeur du Service National de la Pastorale des Migrants et des Personnes Itinérantes)

______________________________________________________________________

2016
sans-titre
Thème : « Migrants et réfugiés nous interpellent. La réponse de l’Evangile de la miséricorde »
Le Dimanche 17 janvier 2016, partout dans le monde, l’Eglise catholique célèbre la 102ème Journée mondiale du migrant et du réfugié sur le thème : « Migrants et réfugiés nous interpellent. La réponse de l’Evangile de la miséricorde. »

.

Au cours de cette année, nous pouvons faire l’expérience d’ouvrir notre cœur à ceux qui vivent aux périphéries existentielles de notre monde, de soigner leurs blessures, de les entourer de notre solidarité et de notre attention.

« Soyez miséricordieux comme votre Père est miséricordieux » (Lc, 6,36)
Le dimanche 17 janvier 2016, partout dans le monde, l’Église catholique célèbre la 102ème journée mondiale du migrant et du réfugié sur le thème :« Migrants et réfugiés nous interpellent. La réponse de l’Évangile de la miséricorde. »

Cette journée s’inscrit dans l’Année de la miséricorde proclamée par le Pape François au cours de laquelle chaque chrétien est invité à se montrer avec les autres aussi miséricordieux que le Père l’est avec lui.

Dans son message pour cette Journée, le Pape François souligne : « L’Évangile de la miséricorde secoue aujourd’hui les consciences, empêche que l’on s’habitue à la souffrance de l’autre et indique des chemins de réponse. À la racine de l’Évangile de la miséricorde, la rencontre et l’accueil de l’autre se relient à la rencontre et à l’accueil de Dieu : accueillir l’autre, c’est accueillir Dieu en personne !  »
_____________________________________________________________________________

 2015
Thème : « Eglise sans frontières. Mère de tous. »

sans-titre Dimanche 18 janvier 2015, l’Église catholique célèbre la 101ème Journée Mondiale du Migrant et du Réfugié, avec comme thème « Eglise sans frontières. Mère de tous. »
Dans son message pour cette journée, le Pape François rappelle qu’ « à la mondialisation du phénomène migratoire, il faut répondre par la mondialisation de la charité et de la coopération, de manière à humaniser les conditions des migrants. » Il souligne l’importance des migrants et des réfugiés : « Vous avez une place spéciale dans le cœur de l’Eglise, et vous l’aidez à élargir les dimensions de son cœur pour manifester sa maternité envers la famille humaine tout entière. »

 « Vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens de passage,
vous êtes de la maison de Dieu. »
(Eph. 2,19)

HOMÉLIE DU PAPE FRANÇOIS
auprès des migrants de Lampedusa le 8 juillet 2013
(extraits)

« Adam où es-tu ? », « Où est ton frère ? », sont les deux questions que Dieu pose au début de l’histoire de l’humanité et qu’il adresse aussi à tous les hommes de notre temps, à nous aussi. Mais je voudrais que nous nous posions une troisième question : « Qui de nous a pleuré pour ce fait et pour les faits comme celui-ci ? » Qui a pleuré pour la mort de ces frères et sœurs ? Qui a pleuré pour ces personnes qui étaient sur le bateau ? Pour les jeunes mamans qui portaient leurs enfants ? Pour ces hommes qui désiraient quelque chose pour soutenir leurs propres familles ? Nous sommes une société qui a oublié l’expérience des pleurs, du « souffrir avec » : la mondialisation de l’indifférence nous a ôté la capacité de pleurer ! Dans l’Évangile nous avons écouté le cri, les pleurs, la longue plainte : « Rachel pleure ses enfants… parce qu’ils ne sont plus ». Hérode a semé la mort pour défendre son propre bien-être, sa propre bulle de savon. Et cela continue à se répéter…
Demandons au Seigneur d’effacer ce qui d’Hérode est resté également dans notre cœur ; demandons au Seigneur la grâce de pleurer sur notre indifférence, de pleurer sur la cruauté qui est dans le monde, en nous, aussi en ceux qui dans l’anonymat prennent les décisions socio-économiques qui ouvrent la voie à des drames comme celui-ci. « Qui a pleuré ? » Qui a pleuré aujourd’hui dans le monde ?