Edito du 1er Septembre

LA DERNIERE PLACE

Lorsque nous entendons les paroles de Jésus, commençons par nous dire ceci : Jésus accomplit lui-même ce qu’il dit. Lorsqu’il parle d’humilité, voyons comment lui-même est humble. Lorsqu’il demande d’accueillir les plus petits, voyons comment lui, les accueille.

Jésus n’a jamais convoité les premières places. Au contraire, il a su rejoindre aux dernières places les malades et les pécheurs. Belle leçon que cette parabole adressée aux pharisiens (évangile) !

Elle est pour nous aujourd’hui. Jésus nous appelle à nous abaisser afin que nous soyons élevés. L’humilité, que Jésus a toujours gardée devant son père et devant les hommes, doit être l’attitude des disciples. L’orgueil, lui, empêche de recevoir quelque parole que ce soit. Il empêche toute remise en question, toute conversion. Isaïe disait : « La condition de l’orgueilleux est sans remède, car la racine du mal est en lui » et d’ajouter plus loin, comme anecdote à cet orgueil : « L’idéal du sage, c’est une oreille qui écoute » (première lecture).

L’écoute est l’attitude de celui qui est disposé à recevoir pour se convertir.

Extrait du Missel des dimanches