Edito du 21 avril

CONTEMPLER UN TOMBEAU VIDE
Au matin de Pâques, le tombeau de Jésus est ouvert et vide. Comme les saintes femmes et les disciples, nous voilà face à un évènement qui peut interroger notre foi. Que peut donner à voir un t7ombeau vide ? Contrairement aux apparences, il y a tout à voir. A la différence de Marie Madeleine, saint Jean l’a immédiatement compris ; il voit et il croît (évangile). Pour lui, le tombeau n’est pas vide ; il est rempli du mystère de Jésus. Nos vies et les évènements du monde nous renvoient sans cesse à la mort ; le tombeau vide nous renvoie à la lumière de la vie. Il nous dit que, de la mort du Christ, naît une vie nouvelle et que, désormais, tout se passe dans l’univers de la foi et de l’amour. L’ensevelissement du Christ au tombeau pouvait laisser croire que tout était fini. Cette fin apparente était un commencement, celui d’un chemin de foi qui nous fait voir ce que les yeux ne voient pas. Cette foi nous fait pressentir que le tombeau vide donne sens à nos vies et à l’histoire de l’humanité : la mort n’est pas un terme mais un passage ; elle est une Pâque qui nous ouvre à la vie.
Le tombeau vide proclame la Résurrection de Jésus. Il nous invite aussi à en témoigner aujourd’hui.
Extrait du missel des dimanches