Edito du 10 mars

PLUS FORT QUE LE TENTATEUR
Jésus a été éprouvé en toutes choses, à notre ressemblance, excepté le péché » affirme l’épître aux Hébreux (4,15). C’est bien ce que montre l’évangile de ce dimanche.
Poussé par l’Esprit au désert, Jésus jeûne pendant quarante jours et il éprouve la faim. Le diable s’appuie sur cette faiblesse pour lui suggérer d’obtenir immédiatement la nourriture nécessaire : « Ordonne à cette pierre de devenir du pain ». Jésus rétorque en citant un passage du Deutéronome (8,3) qui fait justement allusion à l’expérience du désert et au don de la manne. L’homme ne se réduit pas à ses besoins matériels, c’est la relation à Dieu qui le fait vivre pleinement.
Le diable propose alors bien davantage que du pain : toute la richesse des royaumes de la terre ! Il suffit pour cela de se prosterner devant lui … Or c’est un acte d’adoration réservé à Dieu seul, comme le rappelle Jésus en s’appuyant sur l’Ecriture. Alors que l’idolâtrie a été le péché récurrent d’Israël au cours de son histoire, Jésus montre l’exemple de la foi authentique, ferme et sans mélange. Mais le diable ne s’avoue pas vaincu. La dernière tentation est plus subtile. « Si tu es le Fils de Dieu » semble susurrer le diable comme si la question était douteuse …
Or Jésus est bien le Fils de Dieu ! « D’ici, jette-toi en bas » car Dieu viendra à ton secours, c’est l’Ecriture qui l’affirme. Mais le pouvoir que le Fils reçoit de son Père n’est pas pour lui-même ni pour une vaine démonstration de type magique. Avec autorité, Jésus cloue le bec du Tentateur.
Extrait du missel des dimanches
 

 

Thème de la campagne du CCFD pour ce dimanche :

« Contre les conflits armés, devenons semeurs de paix ! »