Edito du 24 février

DEVENIR ARTISANS DE PAIX
« Tendre la joue gauche » : cette expression passée dans le langage courant peut stigmatiser les chrétiens. Elle peut être comprise comme un signe de faiblesse ou d’idéalisme, voire d’inconscience. Que peut-on gagner à se laisser vaincre par un adversaire ? L’histoire et la réflexion morale de l’Eglise montrent que les chrétiens se défendent, parfois même en faisant usage de la violence. Alors, comment comprendre l’enseignement de Jésus qui appelle à aimer ses ennemis et qui promet en récompense pour cela d’être appelé « fils du Très-Haut » ? (évangile). Sans doute faut-il rapprocher ces propos de l’enseignement qui précède ces versets : « Heureux les artisans de paix, ils seront appelés Fils de Dieu », Jésus ne décrit pas les moyens pour parvenir à la paix mais il indique la visée que doivent envisager ses disciples. Il s’agit de travailler à l’avènement d’un monde où les hommes auront entre eux des relations fraternelles qui dépassent la logique économique, le donnant-donnant, ou une générosité qui se cantonnerait aux limites de la famille ou des amis. Seule la foi en l’action de Dieu qui convertit les cœurs, rend possible cette perspective.
Extrait du missel des dimanches