Edito du 13 janvier

JESUS EST BAPTISÉ
« Lequel de ces baptêmes est le bon ? », serions-nous en droit de demander en lisant l’évangile. Le premier est celui donné par Jean qui baptise avec de l’eau. C’est un baptême « en attendant ». L’évangile le dit : Le peuple attend le Messie. Selon la prophétie d’Isaïe, il doit aplanir les chemins rocailleux afin de faciliter la venue du Messie, comme on le fait lors de la visite d’un personnage important en remettant en état les infrastructures (première lecture). Pour ce faire, les disciples de Jean Baptiste doivent vivre pauvrement et pratiquer la justice. Le baptême qu’ils reçoivent en est le signe.
Puis Jean Baptiste évoque un baptême dans l’Esprit Saint, sous le signe du feu. L’identité de celui qui baptise change : Jésus n’est pas nommé mais celui « qui vient » est « plus fort » que Jean et il baptise « dans l’Esprit Saint et le feu ». On en conclut qu’il s’agit du Messie véritable.
L’évangile lu pour la fête du Baptême du Seigneur omet un épisode intermédiaire entre les deux parties du texte : Jean est mis en prison. La période du Précurseur s’achève et celle de la venue effective du Messie commence. Inauguration du baptême chrétien !
                                                                                         Extrait du missel des dimanches