Edito du 6 janvier

EPIPHANIE

L’EVANGILE POUR TOUS
Quelle est la signification de cette fête si populaire dont les galettes des rois se vendent depuis la Toussaint dans les supermarchés ?
Beaucoup de nos contemporains seraient les premiers surpris car la réponse, c’est : l’Evangile « pour tous ». Elle se trouve explicitement dans la lecture de Saint Paul : tous les hommes, sans acception de race, de sexe, d’âge, de catégories sociales ou de religions sont « associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Evangile » (deuxième lecture). Des mages-astrologues, qui sont des étrangers et des païens aux yeux des Juifs, viennent de reconnaître, avant le roi juif Hérode la lumière qu’ils cherchaient.
Les peintres ont représenté ces images aux différents âges de la vie, puis de différentes couleurs de peau : l’Evangile pour tous ! Voilà non seulement le sens de cette fête mais le défi que doit vivre l’Eglise. Certes, on ne transmet pas la foi, personne ne peut décider à la place d’un autre de suivre l’étoile qui mène au Christ, mais on peut faire connaître l’Evangile.
                                                                                     Extrait du missel des dimanches