Edito du 24 septembre

UN DECONCERTANT PATRON …
La loi travail selon Dieu !
Les paraboles de Jésus sont toujours riches d’enseignement : sur Dieu et sur nous-mêmes. Ainsi cette parabole des ouvriers pour la vigne nous révèle un Dieu toujours à la recherche de l’homme. S’il recrute dès le matin ce n’est pas d’abord pour faire fructifier ses affaires (la vendange) mais c’est pour donner du travail à tous ces hommes inactifs, inemployés … A cinq reprises il sort dans la rue et embauche pour ne laisser personne oisif. Ténacité d’un Dieu qui va chercher l’homme aussi loin qu’il soit !
En « patron » juste il promet un salaire à chacun et le donne équitablement. Comme il ne considère pas les ouvriers qu’il emploie comme une simple force de travail, il peut se montrer très prodigue et généreux : chacun une pièce d’un denier à savoir une pièce d’argent. Comme le dit Isaïe, dans la première lecture de ce jour : « Mes pensées ne sont pas vos pensées » Sa générosité débordante dérange ! Les premiers embauchés récriminent … L’homme s’établit souvent dans le domaine du donnant-donnant (contrat juridique). Dieu, lui, adopte une relation amicale et non commerciale :  « Mon ami, je ne suis pas injuste envers toi ».
En ce dimanche de rentrée pastorale ce n’est pas la paroisse qui « embauche » des ouvriers pour ses œuvres et ses services, c’est Dieu qui convoque chacun, sans exception, pour le grand champ du monde. Et pour nous, précisément, ces quatre quartiers que sont Palente, Clairs soleils, Chaprais et Bregille, une population de 30.000 habitants qui peut-être, sans trop le savoir, attend le témoignage des disciples de celui « qui donne sans compter » !
P. Norbert PETOT