ActualitéArticlesActualitéGPA, PMA : éveiller les consciences

GPA, PMA : éveiller les consciences

ADNSuite à la publication de l'avis du Comité consultatif national d'éthique (CCNE), le 29 septembre, les réactions se multiplient, notamment dans l'Église. Mgr Aupetit, archevêque de Paris et ancien médecin, a réaffirmé les positions de l'Église dans un long entretien avec Le Parisien.

La révision de la loi de bioéthique approche et le débat est plus que jamais intense et nécessaire. L’avis rendu par le CCNE à titre consultatif a, notamment, relancé la question de la PMA. En effet, le comité s’est dit favorable à l’extension de la procréation médicalement assistée à toutes les femmes (couples de femmes et femmes seules).

Mgr Michel Aupetit, dans son interview au Parisien, revient sur l’annonce qu’il a accueillie sans surprise : « […] Il y a longtemps que je pense que le CCNE n’est plus ce qu’il était. […] Le résultat était quand même assez attendu, ce qui est d’ailleurs un peu inquiétant. On se demande pourquoi on a fait des États Généraux puisqu’ils n’ont aucun impact sur la décision finale. »

L’Église catholique tient un rôle « d’éveilleur de consciences ». Il faut respecter la dignité de l’homme et, d’après l’archevêque de Paris, les deux thèmes qui touchent le plus à cette dignité sont la PMA et la question du statut juridique de l’embryon.

La GPA (gestation pour autrui) est également de retour au cœur des discussions. Dans la newsletter de la semaine dernière, Bénédicte Groslambert (responsable de l’observatoire de bioéthique du diocèse de Besançon) citait Pierre Le Coz, ancien vice-président du CCNE : « Si l’éthique du CCNE se résume au respect de la liberté de l’individu, comment peut-il à terme, faire obstacle à la GPA ou à l’euthanasie ? » Mgr Aupetit se montre également sceptique vis-à-vis de la non levée de l’interdiction de la GPA : « Je n’y crois pas une seconde. D’abord parce que lorsqu’il y a eu le Mariage pour Tous, on nous avait déjà affirmé qu’il n’y aurait pas de PMA. Au nom de quoi refuserait-on aujourd’hui la GPA ? »

En ce qui concerne l’euthanasie, le comité préconise de ne pas toucher à la loi actuelle, sauf pour certaines exceptions. Mgr Aupetit met en garde contre le risque d’ouverture à l’aide à mourir. Il précise alors qu’il faut « généraliser les soins palliatifs et permettre aux proches d’y participer, en accompagnant leur tendresse d’un geste concret. Ce qui est insupportable, c’est de voir les gens souffrir sans pouvoir rien faire. »

L’entretien de l’archevêque est complet et aborde bien d’autres points comme l’IVG, la pédophilie et l’accueil des migrants. Vous pouvez le consulter gratuitement sur le site du Parisien.

Free business joomla templates