ActualitéArticlesActualitéRencontre avec Jean-Luc Marion cet été

Rencontre avec Jean-Luc Marion cet été

Jean-Luc Marion en Conférence à Lods Nous avons eu le privilège de rencontrer le philosophe et académicien Jean-Luc Marion à l'occasion de la conférence qu'il a donnée dans l'église St-Théodule de Lods le 4 août 2017.

Pour cette 4ème édition, le philosophe avait choisi pour thème de son intervention :"Le privilège de l'universel : le rôle des catholiques dans la société". Une conférence abordable et un philosophe "de proximité" qui a répondu aux questions de son auditoire avec beaucoup de simplicité. Avis aux non-philosophes : on comprend tout ! https://youtu.be/2hfUf8miLk4
Si vous en redemandez, vous pouvez encore écouter l’interview qu'il avait réalisée avec Anne-Lise David pour RCF Besançon le lundi 31 juillet : https://rcf.fr/actualite/jean-luc-marion-0

 

Livre de J-Luc Marion "Brève apologie pour un moment catholique"

« N’ayez pas peur de nous, les catholiques ! » écrit, Jean-Luc Marion, à nos contemporains, dans ce plaidoyer, mais considérez-les « sereinement » regardant tout ce qu’ils peuvent apporter à la communauté nationale dans son ensemble, et « dans tous les domaines : la solidarité, l’éducation, le civisme, le sens des responsabilités, la fidélité aux engagements privés et publics ». C’est un moment favorable,  car reprenant une citation de Chateaubriand, il donne le ton de son apologie : « Je ne trouve de solution en l’avenir que dans le christianisme catholique ». C’est non comme académicien, siégeant au fauteuil de son ami le Cardinal Lustiger, mais comme catholique. Car martèle-t-il, »les chrétiens peuvent mettre leur âme dans la société française, parce qu’ils savent la donner, se perdre parce qu’ils l’ont vu d’une certaine manière dans le Christ ».  Les catholiques ont le sens de l’universel qui manque à notre société, pas en crise, mais en décadence, atteinte de nihilisme. Et là, les « cathos », à l’heure où communautés, identités, intérêts particuliers s’affrontent, l’Église apporte sa part, car « elle ne cesse de se remettre en cause, de se discuter et de réformer ». A lire, peut-être avant un synode diocésain !

P. Maurice BEZ

Free business joomla templates