ActualitéArticlesActualitéMouvementsRetraités, actifs de l'Espérance

Retraités, actifs de l'Espérance

Le MCR à Lourdes Du 19 au 21 juin, Lourdes accueillait les 3ème Journées du Monde de la Retraite (JMR) sur le thème « Quels défis pour ce monde ? » Les membres du MCR (Mouvement des Chrétiens Retraités) de notre diocèse y ont participé. Qu'en ont-ils pensé ?

« On n'a jamais vu un vieux pommier donner de vieilles pommes ! "

Je ne sais pas quel est le normand qui a dit cela, mais je crois qu'il illustre bien la fécondité des membres du Mouvement Chrétien des Retraités (MCR). Nous étions en effet environ 4000 vieux pommiers venus des quatre coins de France dont les représentants des équipes du Doubs partis en bus de Besançon, pour participer aux 3èmes Journées du Monde de la Retraite organisées à Lourdes. C'est assez rare pour le mentionner ici, les dernières JMR remontent en effet à 2008 !

"Nous devons témoigner de nos raisons de vivre!" lançait en guise d'accueil Mgr Jean-Claude Boulanger, évêque de Bayeux-Lisieux. J'ai pu constater au cours de ces 3 journées que les retraités ne manquaient pas de raisons de vivre. Tous les débats de ces 3 journées animés à la lumière de "Laudato Si" l'ont bien montré.

"On apprend de tout homme, il y a donc nécessité de dialoguer avec tous"  nous disait le rabbin Yann Boissière lors d'une table ronde sur le "Vivre ensemble". "L'âme de l'homme se nourrit de ses réflexions et l'enseignement des religions à l'école est nécessaire pour connaître l'autre" disait-il encore. La laïcité a été aussi longuement débattue au cours de cette table ronde, "La laïcité est une branche sur laquelle tout le monde est assis. Elle doit protéger chaque religion des autres religions, mais aussi chaque religion de ses propres perversions" disait Tarek Oubrou, grand imam et recteur de la mosquée de Bordeaux, à cette même table ronde. Le Père Christian Delorme du diocèse de Lyon a, quant à lui, insisté sur le fait que "Chacun doit être persuadé qu'il peut faire quelque chose pour les autres et le vivre ensemble, et la religion doit nous faire habiter le monde".

Pour conclure ce débat, plusieurs jeunes de l'association "Coexister", dont le président, sont venus témoigner de ce qui les anime au service du "Vivre ensemble". Ils sont 2500, de toutes religions ou non croyants, persuadés de la richesse que chacun peut apporter aux autres : leur devise "Diversité de convictions, Unité dans l'action".

Le 2ème temps de ces journées a été consacré à "La famille", et les grands-parents, que la plupart d'entre nous sommes, savent bien que la famille n'est pas toujours simple. Que ce rassemblement de retraités y consacre une vraie réflexion m'est apparu opportun. Le sociologue Michel Billé disait en guise d'introduction que les modèles de familles sont aujourd'hui multiples. Le père André Guimet, vicaire général du diocèse d'Autun, disait: "La famille doit accueillir, aimer, soigner... on n'a pas le droit d'exclure". Nous devons nous laisser accueillir par des gens différents, dans la société telle qu'elle est". Il disait aussi en parlant de la transmission : "Il faut avoir confiance en soi pour faire confiance et avoir la confiance de nos petits-enfants". Pour Michèle Delaunay, ancienne ministre déléguée des personnes âgées et de l'autonomie, "les personnes âgées sont la colonne vertébrale de la société, la référence, le pivot".

René Poujol, ancien rédacteur en chef de Pèlerin Magazine, disait dans sa synthèse de ces journées que "l'Église ne doit pas être un donneur de leçon, mais une conscience inquiète". Je pense que c'est l'attitude que nous devons avoir dans chacune de nos famille.

Le 3ème temps consacré à "La santé" - vieillir, oui, mais dans quelles conditions? Réparer les corps, jusqu'où? - nous a permis de rencontrer Marie de Hennezel, psychologue clinicienne et écrivain, ainsi que Élisabeth Marshall, journaliste chez Malesherbes publication et rédactrice en chef de Sens et santé au magazine La Vie et le docteur Julie Cosserat, spécialiste de la médecine interne à Paris.

C'est tout l'enjeu du bien vieillir dont il était question, et il n'est que regarder autour de nous pour constater combien cela n'est pas facile.

St Paul avait une vision positive de la vieillesse : "Tandis que notre homme extérieur s'en va en ruine, notre homme intérieur se renouvelle de jour en jour". La vieillesse permet un voyage vers l'intériorité. Elle permet aussi de toujours expérimenter quelque chose de nouveau. Je pense que c'est un temps privilégié qui permet de faire le ménage dans notre vie.

Nous avons ensuite réfléchi au devenir de notre humanité à la lumière de "Laudato si". Qui n'est pas  préoccupé par l'écologie intégrale dont nous parle le pape François ? Corinne Lepage, ancienne ministre de l'environnement, Olivier Nouaillas, journaliste chargé des questions environnementales au magazine La Vie et Marie-Monique Robin, réalisatrice et journaliste d'investigation, nous ont aidés à appréhender les nombreux défis que nous avons à relever avant qu'il ne soit trop tard ! La destruction de la biodiversité que nous vivons est la première depuis 65 millions d'années ! Comme l'évoquait déjà Albert Camus en 1957 lorsqu'il recevait le prix Nobel de littérature : "Plutôt que refaire le monde, faisons qu'il ne se défasse".  Parlant de tous ceux qui sont aux commandes de notre monde, René Poujol disait : "Ils ne croient pas ce qu'ils savent !"

Bien sûr, chaque journée s'est terminée de manière festive : une soirée qui a montré le dynamisme de nos régions au MCR et une autre plus profonde avec la pièce "Pierre et Mohammed" parfaitement interprétée, sur la trace que nous a laissée Mgr Pierre Claverie, évêque d'Oran. J'en retiendrai ce qui fera ma conclusion : "Avant le temps du dialogue, il faut le temps de l'amitié !"

Qui a dit que le MCR est un mouvement de vieux ? En tous cas, ils ont encore de belles pommes à nous donner... »

 Jean-Pierre Migeon, membre du MCR.

 Le groupe du MCR du Doubs en route pour Lourdes !

 

Free business joomla templates