ActualitéArticlesActualitéDiocèseExcellente année à tous !

Excellente année à tous !

Mgr Jean-Luc Bouilleret, archevêque du diocèse de Besançon Vendredi 12 janvier, Mgr Jean-Luc Bouilleret nous a souhaité à tous une excellente année 2018. La salle des Pas Perdus du Centre diocésain était comble. La cérémonie est toujours la même mais le plaisir de se retrouver toujours renouvelé !

Il évoque bien sûr la situation des migrants et l'engagement du diocèse dans le dispositif des couloirs humanitaires. Vous savez que nous sommes concrètement engagés et ne nous satisfaisons pas que de mots. Les paroisses sont partie-prenantes : elles s'investissent dans l'accueil. C'est en forgeant que l'on devient forgeron : elles n'avaient aucune expérience, elles l'ont acquise en deux ans de temps avec l'accueil de premiers migrants Kossovar et Albanais ! Tout cela, Mgr Bouilleret le rappelle. Nos actions sur notre terrain "local" sont en parfaite cohésion avec les propos du Pape qui a constamment encouragé à "Accueillir, accompagner, discerner et intégrer". Ses dernières déclarations et son engagement fort à ce sujet donnent le cap.

D'une manière générale, l'archevêque revient sur tous les événements qui reflètent la progression de notre Église vers le dialogue et l'ouverture aux autres. Concrètement encore, le synode diocésain qui s'est ouvert le 10 décembre pour deux ans, en est le signe : rassembler la parole de tous, croyants ou non, pour permettre une évolution de l’Église qui soit en concordance avec notre époque, tout en restant fidèle à l'Espérance qui la porte, la foi en Dieu. L'intitulé de ce synode ne veut rien dire d'autre : "Osons un nouvel élan vers une Église disciple-missionnaire", ce qu'il faut traduire par une réelle volonté d'être à l'écoute de ce que chacun veut dire et d'en tirer le meilleur pour aller de l'avant. Souvent, les synodes connaissent une étape obligée : le cahier de doléances, le temps où les langues se délient... Mais tout ne s'arrête pas là. C'est ensuite que les choses commencent pour le bien commun qui reste la visée du synode.

Il souligne aussi que la formation est un point fort du diocèse : on se forme tous azimuts pour être plus performants et plus efficaces. Le service de la formation y veille en proposant toutes sortes de formules pour débuter en théologie, mais pas seulement. Surtout pour comprendre pourquoi et comment on fait quelque chose.

L'archevêque connaît bien les mutations qui touchent l’Église contemporaine : il revient sur la façon dont le diocèse anticipe sur la baisse du nombre de prêtres. Il salue l'appel en mission de nombreux "délégués pastoraux" qui répondent "oui" pour épauler le curé dans ses activités de plus en plus éclatées sur de multiples paroisses.

A cet égard, il rappelle qu'un nouveau Directoire diocésain sur les funérailles catholiques vient de voir le jour. Il prend en compte l'ensemble des nouvelles situations auxquelles prêtres et laïcs sont confrontés. Ce sera un authentique vade-mecum.

Sur toutes les grandes questions de société, le diocèse sera présent : de l'écologie à la bioéthique. En 2018, des États Généraux de la Bioéthique vont mobiliser la société française.  Différentes régions sont sollicitées pour participer aux débats et apporter leur contribution sur le sens d'une vie d'homme et sur le rôle de la société à cet égard. Le diocèse a pris ses marques pour être entendu.

Mgr Bouilleret évoque bien sûr notre centenaire, le père Pierre Vilquin, qui avait 6 ans en 1918, et qui devait fêter l'autre centenaire, celui de la Grande Guerre. Il a bien failli devenir doyen de l'humanité mais il s'est éclipsé dans sa 106ème année....

Mgr Bouilleret revient sur la mutualisation des antennes RCF de Besançon, Belfort-Montbéliard et Dole en une seule :  "RCF Franche-Comté". Les effets bénéfiques se font déjà sentir avec l'arrivée du nouveau directeur pour cette nouvelle entité à 3 têtes : des économies bien sûr mais aussi des performances accrues avec la mutualisation des travaux de nos journalistes.

Free business joomla templates