ActualitéArticlesActualitéCultureJean Ricardon a rejoint la lumière

Jean Ricardon a rejoint la lumière

Vitrail de Jean RicardonLe lundi de Pâques, l'artiste Jean Ricardon s'éteignait à l'âge de 93 ans. Peintre franc-comtois de renom, il avait enseigné aux Beaux-Arts de Besançon dès 1954. On lui doit notamment les vitraux de l'abbaye d'Acey.

Diplômé de l’école des Beaux-Arts de Paris en 1951, il revient ensuite dans le Jura et travaille pour l’entreprise familiale à Morez avant de devenir professeur de peinture à Besançon jusqu’en 1989. Il sera le maître de nombreux artistes dont Christian Fumagalli.  

Jean Ricardon avait commencé par le figuratif avant de se tourner vers l’abstraction et la recherche des formes. Klein était l’artiste du bleu, Soulage, celui du noir, et Ricardon l’adepte du blanc, couleur spirituelle entre toutes.  Dès 1947, il se consacre à une gamme monochrome qui se combine avec une réflexion sur les plans géométriques.

La notoriété de Jean Ricardon avait dépassé les frontières franc-comtoises. Il fut exposé à Paris au musée Georges Pompidou, à La Haye ou encore à Saarlouis en Allemagne.

Bien que son œuvre soit essentiellement picturale, il est notamment connu pour ses vitraux de l’abbaye d’Acey dans le Jura, réalisés entre 1991 et 1994. 47 verrières dans les teintes pastels blanches-bleues-grises tracent un chemin lumineux et paisible jusqu’au chœur de l’abbaye.

Le prochain fonds commun de notre revue Reflets Comtois consacrera une page aux vitraux de Jean Ricardon à l’abbaye d’Acey.

Numéro d’été à paraitre le 28 mai.

Ses obsèques ont été célébrées en l’église Saint-Joseph de Besançon par le père Eric Poinsot. Voici un extrait de son homélie :

 "Le Pape François parle souvent de « sobriété heureuse » : cette expression  devait plaire à Jean Ricardon. Il me semble qu’il a essayé dans sa peinture de retrancher le superflu, de trouver le medium qui porte la lumière, avec ce fameux blanc et l’objectif d’aboutir à une sobriété totale. Lors de nos discussions, on sentait combien, dans son histoire picturale, il était d’un tempérament fortement spirituel qui l’a conduit longtemps à privilégier les thèmes religieux. Il était également très marqué par les chants grégorien et orthodoxe."

 

"Ce qui restera de nous, c’est le bien que nous aurons fait et que d’autres auront recueilli comme un héritage. Ce qui compte, c’est d’avoir contribué à rendre le monde meilleur. Le vrai succès d’après l’Evangile, c’est le succès de l’amour, de la beauté, de la bonté, de la solidarité, de l’entraide. Tout le reste fait du bruit mais ne bâtît rien de durable. “La beauté sauvera le monde” disait Dostoïevski. Le Père Axel Isabey avait partagé avec Jean Ricardon une belle citation du pape Paul VI qui disait  aux artistes auxquels il s’adressait : « Ce monde dans lequel nous vivons a besoin de beauté pour ne pas sombrer dans la désespérance. La beauté, comme la vérité, c’est ce qui met la joie au cœur des hommes, c’est ce fruit précieux qui résiste à l’usure du temps, qui unit les générations et les fait communier dans l’admiration».

Merci, cher Jean, pour votre grand art."

Free business joomla templates